The Court delivered earlier this week (2 August 2021) its decision in case C‑262/21 PPU (A v B), which is about the impact of a transfer decision under Regulation no 604/2013 on the terms “wrongful removal or retention” under Article 2 Brussels II bis (adoption of the transfer decision followed by its annulment without the tranferred persons being authorised to return). The judgment is currently available in all EU official languages (save Irish), albeit not in English. Here is the French version (to check whether an English translation has finally been made available, just click on the link below and change the language version):

« L’article 2, point 11, du règlement (CE) no 2201/2003 […] doit être interprété en ce sens que ne peut constituer un déplacement illicite ou un non-retour illicite, au sens de cette disposition, la situation dans laquelle l’un des parents, sans l’accord de l’autre parent, est conduit à emmener son enfant de son État de résidence habituelle vers un autre État membre en exécution d’une décision de transfert prise par le premier État membre, sur le fondement du règlement (UE) no 604/2013 du Parlement européen et du Conseil, du 26 juin 2013, établissant les critères et mécanismes de détermination de l’État membre responsable de l’examen d’une demande de protection internationale introduite dans l’un des États membres par un ressortissant de pays tiers ou un apatride, puis à demeurer dans le second État membre après que cette décision de transfert a été annulée sans pour autant que les autorités du premier État membre aient décidé de reprendre en charge les personnes transférées ou d’autoriser celles-ci au séjour ».

Source : https://curia.europa.eu/juris/document/document.jsf;jsessionid=F6B1AEDDB2F275B0B192DEE518C60676?text=&docid=244847&pageIndex=0&doclang=FR&mode=req&dir=&occ=first&part=1&cid=4913022