AG Saugmandsgaard Øe delivered yesterday his opinion in case C‑215/18 (Libuše Králová v Primera Air Scandinavia), which about Brussels I and Regulation 261/2004. It is available in the vast majority of EU languages, albeit not in English. Here is the French version :

« 1) L’article 5, point 1, du règlement (CE) no 44/2001 du Conseil, du 22 décembre 2000 […] doit être interprété en ce sens qu’il couvre une action aux fins d’indemnisation intentée par un passager contre le transporteur aérien effectif, alors même que ces parties n’avaient pas conclu de contrat entre elles et que ce vol faisait partie d’un ensemble de services fournis au titre d’un contrat conclu entre la partie requérante et une tierce personne.

2) Les dispositions de la section 4 du chapitre II du règlement no 44/2001, comprenant les articles 15 à 17 de celui‑ci, doivent être interprétées en ce sens qu’elles ne sont pas applicables à une telle action judiciaire.

3) Les articles 6 et 7 du règlement (CE) no 261/2004 […] établissant des règles communes en matière d’indemnisation et d’assistance des passagers en cas de refus d’embarquement et d’annulation ou de retard important d’un vol […] doivent être interprétés en ce sens qu’un passager d’un vol retardé de trois heures ou plus a la possibilité de demander une indemnisation au transporteur aérien effectif sur le fondement de ce règlement, alors même que ces parties n’avaient pas conclu de contrat et que ce vol faisait partie d’une prestation de services à forfait relevant de la directive 90/314/CEE du Conseil, du 13 juin 1990, concernant les voyages, vacances et circuits à forfait, et devant être fournie au titre d’un contrat conclu entre ce passager et une agence de voyages ».

Source : here